3 conseils pour oser se lancer. Comment se lancer ?

3 conseils pour oser se lancer. Comment se lancer ?

Il y a deux ans, nous avons osé nous lancer et créer notre entreprise. Nous avons passé les obstacles et monté les marches une par une. Cela n’a pas été une promenade de santé, mais c’est POSSIBLE. Osez et vous verrez !

Quand, nous avons décidé de nous lancer, nous avions la trouille.

L’histoire, c’est que l’on a toujours eu cette idée en tête, être cheffes d’entreprise. Pour toutes les deux, c’était un projet un peu inaccessible que l’on discutait autour d’un apéro.

Aussi loin que je me souvienne, nous n’avions rien programmé. Nous avons toujours mené notre route sereinement en suivant un schéma classique (étude-travail).

Mais un jour, c’était le moment. Nous avons osé.

Nous avons d’ailleurs découvert une sagesse indienne qui résume bien la situation. Elle raconte que « chaque moment est le bon moment ». Il n’y a pas de retard, ni d’avance. Toute chose commence exactement au bon moment.

Quelques années, plus tôt, nous avions planté la graine de créer notre entreprise. Et voilà qu’elle commençait à prendre vie.

Voici, 3 conseils pour vous aider à sauter le pas et oser.

 

Ici, on parle entrepreneuriat, mais finalement peut s’appliquer à plein d’autres choses.

 

  • Suivez votre intuition et votre rêve

Clairement, pour nous, cela a toujours été un peu un rêve. Vous imaginez-vous ? Un travail sur-mesure où vous être le peintre de votre toile. Vous créez de A à Z un projet et être le maître de votre avenir professionnel.

Pour oser, nous avons écouté notre intuition. Alors, que pendant des années, cela est dans un coin de notre tête, un jour cette petite voix nous a soufflé que c’était le bon moment.

La vérité, c’est que c’était un ressenti. Vous avez déjà vécu des moments où vous sentiez que vous étiez à votre place ? Que les planètes s’alignaient ?

Écouter son intuition, c’est écouter ce ressenti qui résonne en vous. C’est lorsque vous comprenez immédiatement une situation sans que votre cerveau ait le temps d’analyser. C’est un outil formidable que nous avons tous à dispositions pour évaluer au plus juste les décisions.

Si vous sentez au plus profond de vous qu’il faut le faire, alors ayez le courage de suivre votre intuition.

Parfois, il s’agit d’une question de temps. Nous aurions pu nous lancer 3 mois, 6 mois en arrière, mais ce n’était pas le bon moment.

Une fois, l’intuition établit et reconnue, votre mental débute son raisonnement pour vous déstabiliser. Les peurs commencent à faire surface.

Il s’agit alors de concilier logique et intuition.

 

  • Rassurez-vous et Relativisez

C’est le moment où il va falloir avoir confiance en toi. Après l’euphorie de la décision, arrive très vite les doutes et les peurs. Et si ça ne marche pas ?  

Pour nous rassurer, nous avons dressé la liste des pour et des contres selon nos peurs.

Par exemple :

 Si ça ne marche pas ?

–>  Nous remplacions, cette question avec « Et si on n’essaye pas ? » Nous préférions avoir tenté et ne pas arriver à nos objectifs. Nous savions que nous allions avoir des regrets à ne pas tenter l’aventure.

Comment va-t-on réaliser telle ou telle chose ? Nous n’avons pas les compétences

–>  Alors formons nous, apprenons, faisons-nous aider et travaillons sur le syndrome de l’imposteur.

 Et si c’est un caprice, un coup de tête ? 

–> Qui a dit qu’agir sur un coup de tête était mauvais ?

 Et si ce n’est pas le bon moment ?

–> Oh,  je pensais que cette question était réglée. Pensez à l’intuition.

 Et financièrement comment on va faire ?

–> Ici, peut-être à long terme, l’inconvénient le plus délicat. Pour nous, la balance entrepreneure et indépendante ou salarié et bien réussir a été l’un des éléments décisifs.

Finalement notre plus grosse peur, était celle de pas oser dire Oui, on fonce ! Certainement une histoire de confiance en soi et de courage.

Et aussi, ne pas oser démissionner, ne pas oser s’affirmer et le dire à notre entourage, de s’engager sur un chemin long et escarpé. Cette dernière peur est encore présente aujourd’hui, mais elle développe notre patience et notre résilience.

Faites le point avec vous-même. Prenez une feuille et un stylo et créez un tableau.

Quels sont les avantages et inconvénients à vous lancer ? Quels sont les avantages et inconvénients à ne pas vous lancer ?

C’est une méthode que l’on applique encore aujourd’hui lorsque l’on a un choix à faire. Cela aide à prendre du recul.

 

  •             Entourez-vous

 

Quand on a pris le parti de se dire Ok, on y va. Nous avions envie de faire les choses correctement. Personne dans notre entourage, n’est réellement entrepreneur donc nous n’avions pas une vision claire du travail à accomplir et des étapes à suivre.

De notre côté, nous nous sommes rapprochés de la BGE, mais il existe d’autres organismes d’aides à la création d’entreprise. Retrouvez l’article sur les aides ici. 

Pour nous, créer notre entreprise était clairement une façon de se réaliser. Cela a été le fruit d’une longue réflexion intérieure et de discussions entre nous.

Nos mots-clés sont persévérance, patience, force de caractère et conviction.

Aujourd’hui, si s’il fallait que l’on définisse ces deux années passées, je dirais parcours du combattant avec des victoires. Mais ça on vous le racontera dans un autre article 😉

 

La vie est trop courte pour ne pas oser non ?

 

création d'entreprise 3 conseils pour se lancer
Comment créer et lancer son entreprise. 3 conseils
Création d’entreprise, quelles sont les aides ?

Création d’entreprise, quelles sont les aides ?

 

Au-delà de la recherche et de la concrétisation de ses idées pour créer son business, vient toute la partie technique. Comment faire son business plan ? Se former ou se remettre dans le bain de la comptabilité ? Comment créer son site internet ? Faire un emprunt ? etc.

 

A l’été 2019, nous avons lancé Trimasama et son site, puis La shanti box. Mais toute la démarche de création d’entreprise (au sens technique) a débuté fin 2018.

En ce qui nous concerne, avec un master de droit en poche et personne dans notre entourage qui avait lancé son entreprise (et encore moins dans le domaine du e-commerce), nous avons décidé de nous rapprocher de la BGE en 2018.

Au-delà de la recherche et de la concrétisation de ses idées pour créer son business, vient toute la partie technique. Comment faire son business plan ? Se former ou se remettre dans le bain de la comptabilité ? Comment créer son site internet ? Faire un emprunt ? etc.

A l’été 2019, nous avons lancé Trimasama et son site, puis La shanti box. Mais toute la démarche de création d’entreprise (au sens technique) a débuté fin 2018.

En ce qui nous concerne, avec un master de droit en poche et personne dans notre entourage qui avait lancé son entreprise (et encore moins dans le domaine du e-commerce), nous avons décidé de nous rapprocher de la BGE en 2018.

La BGE qu’est-ce que c’est ?

 

La BGE, c’est un réseau d’accompagnement et d’aide à la création d’entreprise. Il y en a partout en France, vous pouvez retrouver la plus proche de chez vous ici https://www.bge.asso.fr/implantations/

 

Ils proposent une formation sur plusieurs semaines pour aider à la création d’entreprise, tous les modules de formation sont éligibles au CPF (compte professionnel de formation) donc 0 euros à débourser. Les formations s’adaptent à votre profil, pour en savoir plus, rapprochez-vous de la BGE la plus proche de chez vous.

Notre expérience à la BGE

 

Nous avons suivi l’ensemble du cursus de formation à la création d’entreprise, au programme : comptabilité, calcul de marges, plan de financement, marketing, communication etc.

Le but pour nous était de se former (tout simplement) sur tous les paramètres de la création d’entreprise. Pourquoi ? pour ne pas faire de bêtises et développer nos connaissances. Notre souhait était de tout faire et de tout gérer de A à Z (et c’est encore le cas aujourd’hui).

A la BGE, on rencontre d’autres créateurs d’entreprises, et c’est vraiment sympa de pouvoir échanger avec des personnes qui se lancent dans le même chantier, ça donne des idées, ça inspire et ça même si les profils sont multiples et que tout le monde ne se lance pas dans le e-commerce. On pitch notre projet on développe nos idées etc.

On est également suivi par un conseiller en individuel pour nous aider avec le business plan, la création à proprement parlé etc. Ils en voient passer des créateurs donc ils savent nous « recadrer » sur ce qui est important et ce qui l’est moins.

A la suite de ces semaines de formations qui sont très théoriques. Nous avons également suivi des modules plus spécifiques sur la création du site internet. Avec ZERO connaissances sur le sujet, ils nous ont appris et suivi dans la création de notre site que vous connaissez aujourd’hui. Cela nous a vraiment permis de connaître toutes les bases pour êtres 100% autonomes dans la gestion de notre site internet.

 

Et après ? on est lâché dans la nature ?

Non, à la suite de la création de l’entreprise (SARL pour nous), nous sommes suivies pendant 3 ans par un conseiller post-création. C’est rassurant, on peut le contacter à tout moment si on a des questions ou des besoins de formations.

Financer la création de son entreprise : notre expérience 

Pour financer nos débuts, nous avons eu recourt à un emprunt bancaire mais également à un prêt d’honneur.

 

Un prêt d’honneur qu’est-ce que c’est ?

 C’est un prêt à taux 0, sans garantie et personnel (c’est-à-dire que c’est nous qui contractons le prêt et non l’entreprise comme c’est le cas pour l’emprunt bancaire).

Nous nous sommes rapprochées de Initiative Lille Métropole Sud qui fait partie du réseau Initiative France.

Les conditions d’accès à ce prêt ne sont pas les mêmes dans chaque antenne et cela dépend du lieu du siège social. Vous pouvez retrouver toutes les infos sur leur site https://www.initiative-france.fr

 Au programme, on a eu plusieurs rendez-vous avec un conseiller, on retravaille sur le business plan et il nous prépare à passer devant le comité d’experts (composé de chefs d’entreprises, d’expert-comptable etc). Et là, avec beaucoup de stress on présente et on défend notre projet et ce sont eux qui valident ou non l’obtention du prêt.

 L’avantage du prêt d’honneur c’est qu’il rassure les banques et facilite donc l’obtention du prêt bancaire. L’inconvénient, c’est qu’il s’agit d’un emprunt à titre personnel, donc si l’activité doit cesser pour une raison ou pour une autre, c’est à nous de rembourser cet emprunt.

 Concernant l’emprunt bancaire nous avons également fait appel à Nord Actif, membre du réseau France active pour la garantie de notre emprunt bancaire à hauteur de 80%.

Les informations sont sur leur site https://www.franceactive.org

 Cette garantie a pour but de rassurer la banque (encore et toujours) et pour nous, de minimiser les risques.

 Vous l’aurez compris concernant la création de notre entreprise, nous sommes parties de zéro, sans compétences particulières en matière de marketing, de comptabilité ou encore de communication. Et sans argent. Nous nous sommes formées, nous avons rempli des tas de dossiers, passé des entretiens devant des jury etc.

Au final, tout ce que l’on a pu apprendre lors de ces formations ce n’est que la théorie, on imagine, on chiffre, on budgétise mais en pratique, et dans notre cas, cela n’a rien à voir avec la réalité et tout ce qui s’est passé depuis la création de la société.

 

Cet article n’est que le reflet de notre expérience personnelle, il existe bon nombre de réseaux et d’aides desquelles vous pouvez vous rapprochez à commencer par la Chambre de commerce et d’industrie.

Justine & Elodie

 

 

création d'entreprise quelles sont les aides
0
    0
    Votre panier
    Panier vide Retour au shop